les Etats-Unis et la Corée du Nord s’accusent mutuellement à l’ONU

Washington a accusé vendredi 25 août Pékin et Moscou de « bloquer » une réponse unie du Conseil de sécurité de l’ONU face aux lancements de missiles ou satellites par la Corée du Nord, qui a, elle, opposé son « droit à l’autodéfense » face aux « actes militaires hostiles américains ».

Lors d’une réunion d’urgence du Conseil de sécurité, 13 des 15 membres ont condamné, comme l’a fait le secrétaire général de l’ONU, la deuxième tentative en trois mois par Pyongyang de mettre en orbite un satellite espion en utilisant la technologie des missiles balistiques.

« Ce devrait être un sujet qui nous unit (…) Mais depuis début 2022, ce Conseil n’a pas été à la hauteur de ses engagements en raison de l’obstructionnisme de la Chine et de la Russie », a dénoncé l’ambassadrice américaine Linda Thomas-Greenfield. « La menace nucléaire nord-coréenne grandit, et la Russie et la Chine ne sont pas à la hauteur de leurs responsabilités », a-t-elle insisté.

Lire aussi : La Corée du Nord annonce un nouvel échec du lancement d’un satellite espion

« A la place, elles célèbrent les violations des résolutions du Conseil de sécurité et continuent à bloquer l’action du Conseil », a-t-elle ajouté, faisant référence à la participation fin juillet de responsables russe et chinois à un défilé militaire en Corée du Nord présentant de nouveaux drones et missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) à capacité nucléaire.

Désunion du Conseil de sécurité

Les dernières manifestations d’unité du Conseil de sécurité sur le dossier nord-coréen remontent à 2017. En mai 2022, la Chine et la Russie avaient mis leur veto à une résolution imposant de nouvelles sanctions contre Pyongyang, et aucune résolution ou déclaration du Conseil n’a été adoptée depuis. Les représentants chinois et russe ont à nouveau rejeté la responsabilité des actions nord-coréennes sur les Etats-Unis, pointant du doigt notamment les exercices militaires conjoints avec la Corée du Sud.

Un argument repris par l’ambassadeur nord-coréen Kim Song. « Comme nous l’avons clairement dit encore et encore, notre lancement d’un satellite de reconnaissance est l’exercice du droit légitime à l’autodéfense pour dissuader les actes militaires hostiles toujours croissants des Etats-Unis », a-t-il déclaré, insistant sur le fait que son pays n’a de toute façon « jamais reconnu » les résolutions du Conseil de sécurité sur le dossier nord-coréen.

Lire aussi : La Corée du Nord annonce vouloir lancer un satellite, suscitant l’inquiétude de Séoul et de Tokyo

La Corée du Nord « affirme, comme elle l’a toujours fait, que son programme d’armements nucléaires est un acte d’autodéfense, mais nous connaissons tous la vérité », a objecté l’ambassadrice américaine. Elle « place sa paranoïa et ses intérêts égoïstes au-dessus des besoins criants de la population nord-coréenne » et sa « machine de guerre est alimentée par la répression et la cruauté », a-t-elle insisté.

Le Monde avec AFP